Nouvelles du Collège Saint-Jean-Vianney

Nouvelles

Bi Bop, Odile et Raymond Parent au CSJV!

Un bédéiste sorti tout droit de ses pages vient nous faire partager sa science et son amour des BD!

Dans le cours de français, en première secondaire, les élèves ont actuellement le choix entre la lecture du roman Ta voix dans la nuit de Dominique Demers et de Couleurs troubles de Lesley Choyce. À partir de la lecture de l’un de ces romans, les élèves ont à présenter un extrait de ce roman. L’un des médias proposés pour mener à bien ce projet est la bande dessinée, type de lecture particulièrement apprécié chez les jeunes adolescents.

Afin de les orienter dans la réalisation de cette BD, les enseignantes et la bibliothécaire ont invité le bédéiste Raymond Parent, père, entre autres, du célèbre canard Bi Bop. Dans un atelier très dynamique, Parent est venu enseigner aux élèves l’A B C de la bande dessinée.

Parent fait du dessin et de la bande dessinée depuis la fin de ses études collégiales, il y a une vingtaine d’années. Il a illustré de très nombreux livres, des publicités, des articles... Il a fait connaître ses dessins dans un grand nombre de revues et a publié trois livres, soit Culbute et les deux premiers tomes des aventures de Bi Bop et de son épouse, Odile.

Parent a donc enseigné aux élèves les principes de base pour l’illustration d’un chapitre de roman, puis pour la construction d’une BD en général. Il faut d’abord lire le chapitre plusieurs fois afin d’en identifier réellement le cœur, la «colonne vertébrale». Lorsque cela est fait très clairement, on peut ensuite, dans le dessin, ajouter des débordements pour s’amuser; il faut se laisser aller quand on dessine.

La bande dessinée doit être découpée en trois sections. Il faut d’abord déterminer clairement l’introduction, pour bien situer les personnages. La deuxième partie doit amener un suspense; il faut accrocher le lecteur, il faut l’obliger à se questionner, il faut le «tenir sur le bout de sa chaise»! Enfin, le dénouement doit présenter un punch, un élément de surprise qui déconcertera le lecteur.

Le dessinateur explique ensuite les différentes techniques de découpage des cases, insistant sur l’importance des bulles et du texte, et sur le fait qu’il ne faut pas trop comprimer la page. Le dessinateur est comme un metteur en scène : il doit «placer» ses personnages, il doit leur donner l’espace dont ils ont besoin.

La deuxième partie de l’atelier se transforme en «cour des miracles»! Le bédéiste guide les élèves, coup de crayon par coup de crayon, dans le dessin de visages. Il leur fait dessiner un personnage pour chacune des quatre principales expressions : joie, tristesse, colère et peur. Grâce à ses consignes minutieuses, tous ont la surprise de se découvrir du talent dans le dessin! Un début encourageant pour nos futurs bédéistes!

La visite de Raymond Parent a donc été très appréciée. Nul doute que le rayon bien garni des bandes dessinées, à notre bibliothèque, sera pris d’assaut dans les prochaines jours!

Pour en savoir plus sur Raymond Parent, on peut consulter le site :
http://www.bdquebec.qc.ca/auteurs/rparent/rparent.htm

MD

Partagez cette nouvelle

RETOUR