Nouvelles du Collège Saint-Jean-Vianney

Nouvelles

Conte décousu pour enfant rapiécé

Le 29 septembre dernier, les élèves de la troisième secondaire recevaient la visite d’une journaliste et écrivaine bien connue, Hélène Fleury.

Madame Fleury était invitée à leur parler du roman qu’elle a publié en 2002, le seul à son actif actuellement. Conte décousu pour enfant rapiécé est en effet au programme en troisième secondaire. Ce titre, pour le moins intrigant, lui serait venu un jour à l’esprit, étrangement, et lui aurait donné le goût d’écrire un roman qui s'y rattacherait.

Le livre raconte l’histoire de Florent, âgé de 9 ans, qui se retrouve tout seul dans la forêt des « sept péchés capitaux ». Des Seigneurs, qui sont en fait de sordides monstres, habitent ce lieu étrange : l’Avarice, la Gourmandise, la Paresse, la Luxure, l’Envie, l’Orgueil et la Colère.

Ce conte est à la fois ancien et moderne. Ancien parce qu’il est bien à l’image de tous ces récits merveilleux qui ont peuplé l’enfance de plusieurs et parce qu’il puise dans la culture religieuse qui a longtemps marqué le Québec.

Résolument moderne, puisque les monstres, en fait, cachent les fléaux d’aujourd’hui : argent, pouvoir, et tous les si nombreux problèmes qui pullulent dans l’actualité.

La critique a été élogieuse pour cette première oeuvre de madame Fleury, ce qu’elle n’a pas dit elle-même, bien sûr. On dit d'elle, par exemple, qu'elle a « une écriture moderne, parfois hachurée, haute en couleur, tendre et drôle » (Planète Québec, 5 janvier 2003).

Petite histoire d’Hélène Fleury

Hélène Fleury est la fille de Paul Fleury et d'Aline Ferron. Elle est donc la cousine de personnalités bien connues du domaine culturel, soit le médecin-auteur Jacques Ferron, dont on célèbre cette année le 30e anniversaire du décès, ses sœurs Madeleine, auteure, et Marcelle, peintre.

Hélène vient donc d’une famille où la plume était à l’honneur. Hélène Fleury se souvient qu’à 8 ans, elle souhaitait déjà devenir journaliste; elle avait la piqûre pour l’écriture. À l’université, elle a opté pour un baccalauréat en théâtre.

En 1979, Hélène Fleury cofonde la célèbre revue humoristique CROC, et la dirigera pendant seize ans, ce qui nous dévoile un aspect très sympathique de sa personnalité. Actuellement, elle est la rédactrice en chef du magazine hebdomadaire 7 Jours.

Madame Fleury raconte qu’elle adore le journalisme et que le français a toujours été sa matière par excellence. Il lui arrive même de lire le dictionnaire Robert avant de se coucher!

Conseils aux aspirants-journalistes

L’auteure a confié à ceux qui rêvent de devenir journalistes quelques trucs très utiles. Outre les études spécialisées qui ne peuvent pas nuire, Hélène Fleury conseille d’être curieux et toujours à l’affût. Il faut connaître l’histoire afin de bien situer les événements et s’intéresser à tout; la polyvalence est précieuse.

Il faut aussi, dès le secondaire, s’engager dans tous les projets d’écriture qui se présentent : journal étudiant, journal du coin, option journalisme, etc. Et par-dessus tout, il faut aimer le français, l’écriture et la lecture. Tout un défi!

Bref, si vous souhaitez devenir journaliste ou écrivain, Hélène Fleury, dynamique, passionnée, surprenante et très près des jeunes, est à rencontrer pour aviver ce rêve. Et si vous souhaitez simplement découvrir un conte fantastique bien relevé, lisez sans faute Conte décousu pour enfant rapiécé.

Julie Robinette, élève de l’option journalisme, avec la collaboration de Marie Douville Photo : Ginette Lareault


Partagez cette nouvelle

RETOUR