Nouvelles du Collège Saint-Jean-Vianney

Nouvelles

Une enseignante transformée en sorcière… ou l'inverse!

Lorsqu’on enseigne l’art dramatique, à quoi aspire-t-on, au bout du compte? À jouer, à se costumer, à chanter, à improviser, à faire rire et pleurer!

Voilà tout ce qui occupe Myriam Sévigny, enseignante d’art dramatique...

Ce mois-ci, comme l’année dernière, on peut aller « deviner » Myriam, au Jardin botanique, dissimulée sous les traits de la sorcière Esméralda. Celle-ci est une très jeune sorcière âgée de 187 ans, fille de Méméralda, 383 ans, et sœur de Bébéralda.

Octobre étant le mois des vacances pour les sorcières, Esméralda profite de son congé pour séjourner dans la grande serre du Jardin botanique, où on lui a fabriqué une très jolie maison. Pas du tout méchante, la sorcière délaisse volontiers son tricot (elle tricote un foulard pour son bon ami, Grand Vent) pour accueillir les visiteurs et leur raconter toutes sortes d’histoires… abracadabrantes.

Ainsi, si vous passez la saluer, elle vous présentera son soupirant Malabar, aujourd’hui squelette, car le pauvre s’est desséché à force de l’attendre. Elle vous demandera peut-être de l’aider à donner un bain à son chat, Abracadabra, qui s'est sali en traversant les poussières d’étoiles. Vous pourrez même apprendre la formule magique pour faire des bulles et la recette – jusque-là secrète – de la soupe aux boulettes de sauterelles (additionnée d’ongles d’orteils de sirènes et de bave de crapaud, bien sûr).

Et lorsqu’Esméralda accorde à son tour un petit congé à Myriam, celle-ci se précipite aux répétitions de Code 99, une pièce de théâtre signée François Archambault. Une lecture publique de la pièce sera effectuée par la troupe de jeunes professionnels Sinon Oui, dont Myriam fait partie, le mardi 25 octobre, à 20 heures, à la salle l’Alizée (900, rue Ontario Est, Montréal).

L’histoire de Code 99 se déroule dans un centre de sondage téléphonique. Les personnages sont tous des « sondeurs ». Chacun d’eux fera découvrir son univers à ses collègues, à travers ses répliques, mais également par des chansons. Notre comédienne interprète le rôle de Love, à la personnalité plutôt frivole et délurée!

Myriam Sévigny, sorcière, au Jardin botanique jusqu’au Grand Bal des citrouilles. Myriam Sévigny, comédienne et chanteuse, à l’Alizée, le 25 octobre.

Marie Douville


Partagez cette nouvelle

RETOUR